The Hidden opening scene, or how New Line Cinema designed GTA for Rockstar Games

Le recoupement avec GTA n’est pas un scoop, j’adore juste l’ouverture de cette série B opposant la police à un braqueur suicidaire en fuite dans une Ferrari 308 GTS.

C’est amusant de constater que ce braqueur en chaussures bateau, amateur de voiture de sport et de hard FM, dépourvu d’empathie pour le genre humain et tout sourire face à la mort est exactement l’état d’esprit qu’on adopte lorsqu’on joue à GTA.

Donc dans cette scène, The Hidden transforme le yuppie en sociopathe.
Depuis, GTA nous permet d’incarner ce yuppie sociopathe.
Qu’est ce que cela fait de nous?

Les Phrases de la semaine (2013.45) Cormac Mccarthy’s The Counselor special

“This is a cynical business. We seek only imperfections.”

“Women can sniff the moral dilema, the paradox. You want to know if a man has issues watch the way women react to him.”

“My guess is that in most cases if you still had the woman you’re weeping over you’d be weeping harder.”

“The truth about women is that you can do anything to them except bore them.”

“You truly know someone only when you know what he really wants.”

“You pursue this road that you’ve embarked upon and you will eventually come to moral decisions that will completely take you by surprise. You won’t see it coming at all.”

“They don’t really believe in coincidences. They’ve heard of them, they’ve just never seen one.”

“I don’t like decisions made for me. But if you put them off, waiting for the maximum information, that might be what happen. You think that there is still space enough to make the decision, and then there isnt.”

“Greed always takes you to the edge doesn’t it?”

“I only know that the world in which you seek to undo your mistakes is not the world in which they were made. You are at a cross in the road and here you think to choose. But here there is no choosing. There is only accepting. The choosing was done long ago.”

A short life, but a merry one ;)

The last two days at Gamex in Stockholm Sweden have been about relentlessly answering post release journalist questions and signing t-shirts for Assassin’s Creed 4 Black Flag. Now that all this is over, and while I’m having some traditional Nordic meat and potatoes meal accompanied by a few glasses of red wine at the hotel’s restaurant, I’m suddenly realising that today truly marks my very last contribution to the latest AC instalment.

The one production that put me in contact with a whole bunch of amazing people, made me travel in a year more than I ever did in my entire life, showed that a gigantic and fragmented team can actually work at the unison, and last but not least, largely contributed to help me put things in perspective after quite a tense experience.

Thank you Seb, Martin, Jean, Mustapha, Ash, Julien, Ambre, Pascal, Eric, Shadi, Adrien, François, Sylvain, Darby, Kama, Arnaud, Seb, Karl, Marie-Eve, Simon, Jean-François, Danny and all the others. We had a great time, forged friendships and made a game we can be proud of.

Now is the moment where I can truly meditate the “what’s next?” question on both professional and personal levels. But first I need to convince lightspeedchick we need help in terms of housekeeping, determine the Parisian Christmas schedule with all interested parties, grab that Far Cry 3 profitability bonus (and that AC4BF collector edition waiting on my desk), decide if I go PS4, Xbox One or both before the end of the year, watch American Horror Story season 3, finish GTAV, bring back the “Made to Stick” book that Mr. Plourde lent me years ago, and finally buy equipment to run and survive Montreal’s next harsh winter.

Bye bye Black Flag, let’s see what the future holds now.

pikoti’s top 10 of the PS3 / 360 generation

2005 – 2013: A generation where FPSs went number one, open worlds became the place to be, online games invaded the console market, season passes blossomed while overall, games became much more complex while trying to be more accessible…

In order to get some closure a few weeks before jumping to the next generation, I listed the PS3 / 360 games which marked me the most over that period of eight years. Ten games confirming that this generation blessed us with some of the finest and most absorbing experiences in video games history.

GTAV – 2013 – Rockstar – PS3/360/PC
A vibrant city full of vivid characters and things to play with, a super fun place to hang out with friends online, featuring the most compelling story ever delivered in an open world… Overwhelming from both a gamer and a developer perspective.
97831947

Assassin’s Creed Brotherhood – 2009 – Ubisoft – PS3/360/PC
The most straightforward and rich Assassin’s Creed to date in which the “history is our playground” mantra shines. It’s also the episode that defined the Ubi-open-world-game-template still being used today.
reinforcements

Fable 2 – 2008 – Microsoft – 360
Systemic storytelling is still some kind of a holy grail and Fable 2 is full of it. From dealing with love relationships to toying with the realm’s economy, it’s one of the greatest and funniest generator of personal game stories.
HeroDog

Journey – 2012 – SCEA – PS3
One hour is what’s needed to complete this minimalist but touching journey, a mystical trip led alongside another traveller who could be human or AI. You will never know but you will care.
journey_0

Uncharted 2: Among Thieves – 2009 – SCEA – PS3
It’s Indiana Jones applied to video games where unique set pieces are chained with flair and brilliance. It became an instant reference in terms of pacing and mission design, and it remains today the pinnacle of the cinematic action genre.
uncharted-2-among-thieves-playstation-3-ps3-094

Lost Planet: Extreme Condition – 2007 – Capcom – PS3/360/PC
The multiplayer shooter made by Japanese for Japanese, meaning that dying was hard and doing cool stuff easy. This is personally where I fell in love with online multiplayer games.
Foto+Lost+Planet-+Extreme+Condition

Left4Dead – 2008 – Valve – PS3/360/PC
The tension was almost unbearable and online friendships were shattered by the need for rushers and searchers to unite in order to survive. Still one of the most intense video game experience out there.
left4dead2-2013-03-12-17-50-43-75

Borderlands 2 – 2012 – 2K Games – PS3/360/PC
This one is not very original or very well made, but it blends genres and strikes a very sweet gaming spot which is going to be a next gen favorite: Cooperation x (Shooter + Freedom + RPG).
Borderlands-2

Metal Gear Solid HD Collection – 2012 – Konami – PS3/360
Yes it’s a compilation, yes MGS2 is barely playable anymore but MGS3 is still a masterpiece (as evoked here) and it’s also the perfect opportunity to discover the PSP exclusive Peace Walker which is far more fun to play than its big brother MGS4.
2469554-metal-gear-solid-peace-walker

Street Fighter IV – 2009 – Capcom – PS3/360/PC
The sequel that managed to top its perfect original incarnation while preserving its roots and gave life back to the whole VS fighting scene in the process.
super-street-fighter-iv-arcade-edition-xbox-360-x360-8566

Les Phrases de la semaine (2013.34)

“Juste un ptit heads up FYI comme ça tu vois, au cas ou.”

“Et pourquoi les Pirates?”

“What’s the difference in between current and next gen?”

“I love the game. It’s brilliant! So what’s coming next?”

“I guess the game is okay, don’t you worry about brand fatigue though?”

“JS, are you okay to do another interview?”

“Esti, 98% metacritic.”

“I’m bored with games made by 35y/o white males, I want the Spike Lee of video games to rise and push the medium forward.”

“I wish we could make a game not revolving around violence.”

“You’re making videogames eh? So you’re the cause of the end of western culture.”

Rewind This! le docu VHS pour ne pas oublier

Rewind This! couvre les années VHS avec force témoignages d’insiders et de collectionneurs Nord Américains et Japonais; et à mesure que le documentaire déployait l’historique – de Basket Case au porno en passant par les direct to video Japonais et la double cassette Titanic – j’ai été assailli par mes propres souvenirs. Parce que c’était la même chose à Paris, France, Europe: nous pouvions tous nous approprier le cinéma et la télévision, ce qui pour un gamin né à la fin des années 70 était alors la chose la plus fascinante et extraordinaire que le monde ait jamais inventé…

MV5BMTc5NDgzNTg4N15BMl5BanBnXkFtZTcwNTkzNDkwOQ@@._V1_

Je me souviens des cassettes de films enregistrés à la télé dont j’avais composé les illustrations de jaquettes, comme celle de l’Homme au pistolet d’or et de Tonnerre de feu.

De Bruno Vidéo Club sur la place Rhin et Danube dans le XIXème avec son rayon “baston” et ses locations à 25 francs la journée.

De la collection “Pop Corn” de Warner, de ses jaquettes grises métal avec des confettis jaunes et roses fluos, écrin des années 80 pour des films créés juste pour moi: Superman, les Goonies, Gremlins…

De ma première cassette à “moi”, Indiana Jones et la dernière croisade. De L’Espion qui m’aimait, ma première VHS PAL (qui passait en noir et blanc en France). De mon premier lecteur PAL/SECAM/NTSC et de ma première cassette NTSC, une version pan&scan de The Killer. De ma première cassette d’Anime pirate aussi, avec Urotsukidoji et Megazone 23 dessus. ..

De Street Trash que j’avais dû ramener chez Bruno tellement c’était insoutenable. Des Griffes de la nuit, regardé chez un copain beaucoup trop jeune, comme pour Derrière la porte verte d’ailleurs. De Tetsuo the Iron Man aussi, que je mettais en pause régulièrement face au déferlement d’images tordues.

D’un voyage à Londres à 15 ans entièrement organisé autour de la rencontre avec mes héros de l’époque: les gars des labels VHS Made In Hong Kong et Eastern Heroes.

Du temps où j’étais passé de client à employé chez Album vidéo rue Dante dans le Vème. Au moment du boom DVD, alors que l’on commandait encore des VHS obscures aux quatre coins du monde et collectionnait des LaserDiscs aussi encombrants qu’hors de prix.

Des films amateurs tournés en HI8 avec les amis du XIXème et montés sur le banc vidéo que ma mère avait acheté sur un coup de tête, et surtout de la fameuse VHS docu gonzo tournée avec Ben Rozovas au festival de Cannes et aux Hot d’or en 98.

De ma réserve de Weed cachée à l’intérieur d’une VHS, et du micro tournevis qu’il ne fallait pas égarer.

De la collection faramineuse de VHS, VCD, LD, DVD et BLURAY qui traîne entre chez mes parents et mon ex femme à Paris, ainsi que dans le locker du garage et les étagères de l’appartement de Montréal.

Rewind-This-VO_reference

Et dire que désormais je m’en fiche, conquis par l’instantanéité de itunes et flixster, ma collection est devenue un amas de carcasses de plastique colorées, vestiges d’un temps révolu où les films étaient rares et précieux.

Journey to the West: Conquering the Demons – Quand Stephen Chow réalise l’ultime blockbuster de 2013

Journey to the West (Le Voyage en Occident en français)
Roman populaire du seizième siècle, clef de voute de la mythologie Chinoise et Asiatique (le manga Dragonball par exemple en est très largement inspiré), histoire fantastique et spirituelle narrant le périple vers l’Inde d’un moine et de sa troupe de gentils démons (dont le roi singe en vedette) partis à la recherche des textes sacrés Bouddhistes, les 22 Sutras.

Journey-to-the-West

Stephen Chow
Une des quatre figures clefs du cinéma de Hong Kong de ses trente dernières années. Si Jackie Chan et Jet Li sont les princes du Kung Fu, et si Chow Yun Fat est le roi du polar, alors Stephen Chow est l’empereur de la comédie. Très physique et expert en comique de situation, il est une sorte de croisement entre Jim Carrey et Groucho Marx. Il est progressivement passé derrière la caméra et a réalisé entre autres Shaolin Soccer qui fut un succès vidéo planétaire au début des années 2000. Journey est son premier film en tant que réalisateur / scénariste uniquement.

d3600fc44a114df18f404ecee20f4832

Journey to The West: Conquering the Demons
Où comment prendre le mythe à contre-pied en transformant les “gentils” démons du roman en monstres abominables tout en racontant les origines du moine avant son périple, lorsqu’il n’était encore qu’un jeune homme candide chassant le démon armé seulement de sa foi. La première séquence donne le ton avec un démon aquatique terrorisant un village de pêcheurs. Et comme chez Tarantino on passe d’une émotion à l’autre, à la merci de chaque rebondissements dans lesquels pitreries, cabrioles, suspense et atrocités font bon ménage.

Journey-to-the-West-2013-Movie-Image

Blockbuster 2013
Journey fait partie de ces récents films conçus pour irradier globalement et tout particulièrement séduire une Chine en plein accès de boulimie de films à grand spectacle, avec toute la démesure visuelle et sonore associée au traitement IMAX 3D.

screen_image_1625591

Ultime
Parce que j’écrivais ici même il y a quelques semaines que je rêvais de blockbusters plus téméraires, plus humains, mieux écrits et avec plus de caractère. Là dessus Journey a dépassé mes attentes.

journey-to-the-west06

Alors oui il y a un petit côté kitsch à la chose et les FX sont loin d’atteindre le niveau Hollywoodien, oui c’est un film éminemment Chinois dans son rythme et son humour, mais au delà de son ADN asiatique se tient un nouvel incontournable du cinéma populaire mondial.

947083-journey-to-the-west-conquering-the-demons-film

Sorti en Février 2013 pour le nouvel an Chinois, Journey a ramassé dans les 200M$ en Chine, soit un peu plus que Transformers 3 et un peu moins qu’Iron Man 3 là-bas. Donc pas de doute aussi, ce Journey va être franchisé…

Journey to the West: Conquering the Demons, 2013 – Réalisé par Stephen Chow et Derek Kok, chorégraphié par Hin Chu Kuk, avec Huang Bo et Shu Qi.

Shin Megami Tensei IV: point de rupture

Shin-Megami-Tensei-IV-Tokyo

A l’image de ses démons capricieux dont il faut obtenir les faveurs pour progresser, Shin Megami Tensei IV (SMTIV) est un jeu exigeant dans lequel on est particulièrement livré à soi même. Au point où même le vétéran volontaire et captif (c’est à dire sans internet et en vacances) finit par abandonner après plusieurs jours d’errances. Ce malgré la consultation du livre de solution fourni avec le jeu (bien trop partiel pour être vraiment utile) et finalement la création d’une carte pour se repérer.

Néanmoins le découragement n’est pas du à la rigueur nécessaire à la constitution d’une équipe de démons, ou encore à la succession de combats de boss dévastant en un tour des heures d’efforts investis dans les démons.

Shin-Megami-Tensei-IV-003

Car le coeur système de SMTIV est particulièrement efficace. Il pousse à l’excellence à travers la gestion de l’équipe de démons. A la manière de la gymnastique mentale et menu qu’est s’occuper de son arsenal d’armes à feu dans Borderlands par exemple. Sauf qu’ici une décision inappropriée n’est pas rattrapable par les skills en FIrst Person Shooter.

Non, le point de rupture avec SMTIV, celui qui m’a fait abandonner le jeu avec force ressentiment est lié à sa philosophie. Cette exigence à bien des égards stimulante, devient un véritable supplice lorsqu’elle est appliquée à l’environnement et à l’enchevêtrement des quêtes.

Au départ pendant une dizaine d’heures, l’environnement et le déploiement des quêtes sont d’une clarté absolue: une ville “menu”, une grotte, un mystère et des missions givers. Cadre idéal pour se concentrer sur le sel du jeu: les démons à combattre et à collectionner.

ST4

C’est plus tard que SMTIV se complique, lorsqu’il estime que passé l’assimilation il est temps de se lancer dans du sérieux. C’est là qu’il nous lâche dans une ville en 3D vue top down avec une multitude de lieux à visiter. Passe encore le coté exageremment labyrinthique de la ville ou le manque de lisibilité de la carte disposée sur l’écran inférieur de la 3DS. Ou encore le fait qu’un point dans la ville peut s’avérer être un vaste espace à plusieurs étages qui lui même donne sur un donjon annexe ou un accès à un segment de la ville autrement inaccessible…

Shin-Megami-Tensei-IV-3

Un peu compliqué? Attends. Rapidement SMTIV donne accès à toute la ville, t’assigne des objectifs macro et s’attend à ce que tu réalises qu’il est nécessaire de remplir un mega paquet de quêtes annexes avec pics de difficulté de malades mentaux et interdépendances cachées pour progresser dans la quête principale. Le tout en assumant que tu connais la ville, ce qui est quasi impossible du fait de son agencement bordélique.

DAMN YOU SMTIV, 29 hours in, I love you and all but I got better things to do.

A sa décharge ce satané jeu compliqué pour faire compliqué comme on en fait plus depuis des années a probablement souffert aussi de limitations de production au niveau menu et logique de quêtes. Éléments bien plus aboutis dans un Borderlands par exemple, où l’interface de suivi de quêtes encadre le joueur pour que celui ci puisse se concentrer sur le fun, c’est à dire le contenu des quêtes elles-mêmes.

Pour conclure, le problème fondamental de SMTIV – celui qui mène au point de rupture – c’est de mettre le joueur dans une situation où il passe son temps à “chercher la quête”, alors que dans un Borderlands par exemple, il la jouerai.

Et moi je préfère jouer la quête.

Les Phrases de la semaine (2013.30)

“Il faut désormais aller au Canada ou en Suède pour vivre le rêve Américain.”

“Vous vous faites des noeuds de cerveaux pour rien”

“C’est ATROCE ça. Le café hein, pas le jeu.”

“J’ai réservé une table chez Jiro, je vais aller à Tokyo rien que pour ça.”

“Moi j’ai pas peur de te le dire, t’es un emmerdeur de première.”

“Watchdogs d’un côté du playtest lab, Black Flag de l’autre, et les développeurs respectifs qui regardent les écrans du jeu des autres, ébahis.”

“The game is better when the player is en hauteur.”

“Cela manque d’obsession dans votre projet.”

“When it comes to that and the player gets stuck it is relou.”

“Ah mais c’est pas possible, tu veux toujours tout couper!”

Summer Blockbusters 2013: the films, they are changing

Summer blockbusters are not busting blocks anymore, they are busting the world and by the same token they are starting to bust my balls.

Engineered to appeal to us all, featuring stars known everywhere (never seen so many films starring Bruce Willis, Dwayne Johnson and Tom Cruise), pillaging kids and teenage sub-cultures from cartoons to video games, trying to lure us all with subjects fertile to bombastic CG (mainly super heroes, disasters, fantasy, science fiction), shown in IMAX 3D to wow us even more (while making us pay double), distributed all around the world within a one month timeframe to maximize the global marketing campaign, and finally racking sums close to the billion or crashing and burning like never before: they are blockbusters 2.0, the “WORLDBUSTERS”.

Worldbusters are descendants of what the likes of Spielberg, Lucas, Silver, Cameron, Zemeckis and Brukheimer put in motion at the end of the previous century. They are a product of their time: post 911, fighting the recession, going with the globalization and competing for the audience’s time against video games, social networks and television. They had to mutate and lost their souls in the process, resulting in a cohort of infantile products numbing the audience for a couple of hours while still vaguely pleasing the palate of films enthousiasts. Because even if our times are at the origin of the degeneration of Hollywood, there are still writers, directors, actors and many more agents of the trade who are believing in the craft of popular entertainment; trying to instill a bit of brilliance, emotion and character in the midst of these global maeströms.

This summer is to me a peak in absurdity, where we sit down to see the sixth episode of a really dumb car driven franchise, the Nth Star Trek, more super hero movies than we can take, second or third iterations of one shot comedies and two actioners taking down the White House. It’s the summer where zombie apocalypse and robots VS Monsters vehicles feel like the most original offers this season could give us…

Worldbusters I hate you as much as I love you. Please do not forget that we like good stories and appealing characters, that we want to learn stuff about the world and its history, that we want to be surprised and moved, moreover we want these films to live in our hearts and minds long after seeing them.

So please Worldbusters, be more daring and bring a little more sense and humanity in your recipes. Could you please?